NO ONE 9991

3587_gtrns_G10.870000000003833_D0.jpg
3586_gtrns_G10.860000000003822_D0.jpg
3689_gtrns_G11.890000000004852_D0.jpg
3499_gtrns_G9.990000000002953_D0.jpg
3380_gtrns_G8.800000000001763_D0.jpg
3288_gtrns_G7.880000000000842_D0.jpg
2596_gtrns_G0.9599999999999694_D0.jpg
3285_gtrns_G7.850000000000811_D0.jpg
 

L’intelligence artificielle peut-elle être un moyen d’expression artistique ? Les algorithmes vont-ils donner naissance à l’esthétique de demain ?


La série NO ONE 9991 est réalisée par Céline Delaugère en 2018 et présentée à Paris en novembre 2019 est une des premières en son genre en France. 

NO ONE 9991 est une série de 8 œuvres en série limitée et numérotées - au croisement entre la mode, l’art, le digital et la technologie -toutes générées par une intelligence artificielle. Les œuvres qui composent la série NO ONE 9991 sont le résultat de l'entraînement d’un réseau de neurones artificiels (GAN) générateurs d’images. 

Après apprentissage, les pièces artistiques définitives sont générées à partir d’une base de données rassemblant des dizaines de milliers de visages de mannequins, hommes comme femmes, collectés depuis 2015. et issus exclusivement de photos de défilés des fashion week de New-York, Londres, Milan et Paris. 

La création du réseau se nourrit de longues semaines d’apprentissage. Le résultat permet d’appréhender des images étonnantes par leur beauté et leur abstraction. Le réseau créé l’art de toute pièce. 

C’est donc à partir de visages appartenant au monde du réel qu’est née la série No One, des visages virtuels appartenant à un nouveau monde. Le début de la quatrième dimension 9991. 

Par-delà l’aspect formel, ces créations soulèvent ainsi de nouvelles interrogations autour de l’IA ; de l’esthétique à l’essence de la création artistique. Une des premières expositions en France d’œuvres produites par une machine autonome, NO ONE 9991 permet au public de découvrir l’expression artistique mystérieuse, produit de la créativité autonome des machines. 

UNE SIGNATURE INSCRITE DANS L’ART DIGITAL..

Les réseaux de neurones génératifs ou Generative Adversarial Networks ou encore GAN apparaissent pour la première fois dans le travail de Ian Goodfellow en 2014. Rapidement adoptés par les chercheurs spécialisés dans l’intelligence artificielle, ces réseaux forment aujourd’hui un nouvel outil artistique qui tend à se répandre. Memo Akten, Robbie Barrat, Refik Anadol, Wayne McGregor, Mike Tyka forment aujourd’hui la figure de proue d’un mouvement artistique généré par l’intelligence artificielle. 

L'artiste Céline Delaugère, s’est imprégnée de ce monde hautement visuel pour réaliser ses premières créations. La saturation de l’espace par tous ces visages a inspiré ce travail au long cours.